Priorité aux transports du quotidien, abandon de certains grands projets routiers et ferroviaires inutiles : le choix des écologistes est en partie validé !
Partager

Après l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, c’est au tour du TGV Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL) et de la LGV Rhin-Rhône d’être abandonnés, sans crédits jusqu’en 2038 au moins ! La politique du tout TGV avait créé une véritable fracture ferroviaire, favorisant les grandes métropoles mais laissant à l’usager quotidien un réseau de plus en plus mal desservi et dégradé. Le Conseil d’Orientation des Infrastructures a remis le 31 janvier 2018 à Élisabeth Borne, la Ministre des Transports, son rapport sur les priorités en matière d’ infrastructures de transports. On y trouve un constat d’échec des tentatives de diminution de l’usage de la voiture individuelle, constat dressé par les écologistes depuis longtemps. Trois scenarii ont été étudiés. Le premier rafistole, bouche les plus gros trous. Le second modernise et rénove le patrimoine existant, il répond mieux aux besoins de transports du quotidien. Le troisième relance de grands projets routiers et ferroviaires.


Même s’il est insuffisant, le deuxième scénario préserve l’avenir, et n’engage pas la France dans de grands projets inutiles, coûteux, nuisibles à la santé et au climat. Au contraire, il conforte une politique des transports plus sûre, moins polluante et au service de tous, soutenue par les écologistes depuis toujours.
A ce titre, nous préconisons la réalisation de la Voie Ferrée Centre Europe Atlantique dans sa globalité et au plus vite comme le préconisent en partie les scénarios 2 et 3 du rapport, c’est à dire dès la période 2018-2022. Le choix d’une ligne est-ouest efficace et de la modernisation des réseaux est beaucoup plus adapté aux besoins des usagers et au développement économique que des projets fastueux, coûteux et finalement irréalisables. De plus, l’attractivité de Dijon Métropole serait renforcée grâce à la modernisation de la ligne Dijon-Modane, participant aussi à désengorger le nœud lyonnais, si important pour les TER de Bourgogne Franche-Comté. En revanche, l’exploitation privée de la RCEA, comme le recommandent les trois scénarios, n’est pas notre choix. Cette route ne doit pas être privatisée, elle doit être sécurisée.

Europe Ecologie Les Verts appelle maintenant le gouvernement à porter une vraie politique des transports du quotidien accessible à tous, et à mettre en cohérence ses choix budgétaires avec cet objectif, pour faire mieux vivre les territoires.

Claire Mallard, co-secrétaire régionale Nathalie Charvy et Mourad Laoues porte-parole régionaux