Inondations plus fortes et plus fréquentes, un phénomène qui va s’aggraver
Partager

Des crues fortes frappent toute la France et cette ampleur est inédite. En Saône et Loire des locaux
et des habitations ont été touchés et de gros dégâts matériels sont à déplorer. L’urgence est bien sûr
d’aider les victimes et de pallier au plus pressé. Mais on ne peut plus s’exonérer de la responsabilité
de notre mode de développement et traiter le problème par une augmentation des assurances ou la
création d’une taxe inondation !
Les causes sont connues et les écologistes les dénoncent depuis longtemps. On peut citer par
exemple l’imperméabilisation des sols, les pratiques agricoles non respectueuses de la nature,
l’arrachage de haies, le remblaiement des zones inondables.
Par ailleurs ces inondations ne sont pas conjoncturelles. Les modifications climatiques
s’accompagneront de pluies de plus en plus soudaines et intenses. Il s’agit donc aujourd’hui de
s’adapter et de corriger les erreurs commises.
Mais ce n’est pas la direction que prennent les politiques publiques. Ainsi l’’Etat vient de retirer aux
agences de l’eau une partie de leur budget alors que ces agences justement mènent et financent des
politiques de prévention des crues, de dépollution et de préservation des milieux aquatiques. Les
Plans d’Urbanisme ne sont pas assez exigeants sur la protection des espaces naturels. Le
déclassement juridique d’un grand nombre de petits cours d’eau, à la demande de la FNSEA, serait
gravissime sur la qualité de nos eaux et sur la prise en compte réelle du ruissellement en cas de forte
pluie.
Il faut au contraire aménager mieux, changer nos pratiques agricoles et restaurer les zones
humides.
Europe Ecologie – Les Verts demande un moratoire sur l’ouverture de nouvelles zones
commerciales en périphérie, néfastes pour les commerçants des centres ville, détruisent les
terres agricoles et imperméabilisent les sols.
Marie Claude Colin Cordier porte parole EELV 71
Mourad Laoues porte parole EELV Bourgogne