« Tir à vue en cas d’intrusion dans une centrale », Perrine Goulet, députée LREM, a perdu toute légitimité 
Partager

EELV s’était étonnée et avait déploré que Perrine Goulet, députée de la Nièvre « En Marche », puisse intégrer en tant qu’ « experte » la commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité nucléaires. L’élue nivernaise a été chef de projet à la centrale de Belleville et on ne pouvait que redouter le conflit d’intérêts. Les faits nous ont donné raison. Le jeudi 22 mars, lors de la réunion de cette commission d’enquête, Perrine Goulet a prouvé qu’elle perd tout contrôle dès lors qu’elle intervient sur la question du nucléaire. « Pourquoi nous ne ferions pas comme aux Etats-Unis, avec une sécurisation par mirador et possibilité de ne pas se poser de questions et, quand il y a une intrusion, de tirer ? » a suggéré l’ancienne cadre de la centrale de Belleville au sujet des militants anti-nucléaire. Voilà une proposition que l’on croirait sortie de la bouche de Donald Trump, le président des Etats-Unis ! Perrine Goulet s’est discréditée en tenant de tels propos, indignes d’une élue de la République. Elle n’a plus aucune légitimité pour siéger dans une commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité du nucléaire, censée être indépendante. Qu’elle sache en tirer les conséquences.

Nathalie Charvy, Mourad Laoues, porte-parole régionaux