Non, la France n’est pas xénophobe
Partager

Le groupe d’extrême droite qui ose s’appeler le Parti de la France appelle à un rassemblement à
Chalon ce samedi pour protester contre la venue de demandeurs d’asile à Chalon-sur-Saône. Peut-être
sont-ils encouragés par les provocations récentes du maire Gilles Platret ? Celui-ci porte une lourde
responsabilité politique que de jeter de l’huile sur le feu. C’est mettre en échec la nécessaire cohésion
nationale qui doit se faire sur les valeurs de la République et non pas sur la dérive nationaliste.
PdF71 prétend, se rassembler « pacifiquement », alors que ses propos ne sont que violence, haine,
mensonges. Ils menacent même le préfet « d’actions plus radicales ».
Comment pouvons nous tolérer cela ? Comment accepter des leçons de démocratie par ce groupuscule
qui prétend que nous sommes en dictature ?
Non, la France, pays des Droits de l’Homme, et dont le droit d’asile est inscrit dans la Constitution,
n’est pas xénophobe. La devise de la République Française affiche la Fraternité. Au nom de cette
Solidarité, nationale et européenne, nous nous devons d’accueillir et d’accompagner les demandeurs
d’asile, qui sont dans une situation dramatique.
Notre passé lui-même nous le rappelle : combien d’étrangers sont morts pour la France lors de la
Grande Guerre ? Pour libérer la France du nazisme ? Chalon est particulièrement concernée puisqu’en
partie l’armée qui a libéré notre ville était composée « d’indigènes ».
Au delà de l’urgence de l’accueil des migrants, il convient de ne plus traiter le problème migratoire
comme un phénomène conjoncturel, qui se réglerait par des mesurettes d’urgence. Les écologistes
rappellent que le dérèglement climatique rend cette question à la fois mondiale et durable. Si une terre
ne nourrit plus, ses habitants la quittent pour d’autres lieux, c’est humain. La désertification, la rareté
de l’eau et des ressources naturelles, entraînent des migrations, et des guerres. Fuir la guerre pour
protéger les siens, c’est humain aussi. Le libéralisme économique, avec l’accaparement des terres et
des richesses par une faible proportion de la population mondiale, appauvrissant encore plus les pays
pauvres, accentue le phénomène.
Pour faire face aux situations d’urgence que nous connaissons actuellement, Europe Ecologie –
Les Verts demande expressément que soit enfin pris en considération, de manière globale et sur la
durée, la question des migrations internationales. C’est vital pour l’avenir de notre pays, de notre
planète. Plus précisément nous demandons :
– A l’échelle locale, une véritable organisation de la solidarité internationale et de l’accueil sur
notre territoire, au-delà du remarquable travail mené par les associations.
– A l’échelle nationale et européenne, une politique de lutte contre la déréglementation
commerciale pour protéger les populations, d’ici ou d’ailleurs, et une véritable politique de lutte
contre l’évasion fiscale pour récupérer les fonds nécessaires.
Europe Ecologie – Les Verts Chalon